25 décembre 2010

Des tapis propres pour ce jour de Noël 1955


Cliquer pour agrandir

En ce jour de Noël 1955 on apprend que le gouvernement fédéral accuse un surplus dans ses revenus de l'ordre de $105,600,000 pour les huit premiers mois de l'année fiscale. A pareille date un an plus tôt ce surplus s'était chiffré à $91,700,000.

On apprend également une bien triste nouvelle alors que la veille, vers 18:15 le conducteur d'une voiture dans laquelle prenait aussi place trois autres personnes, a doublé toute une file d'autos qui attendaient patiemment à un passage à niveau du Canadien Pacifique à l'angle des rues Crémazie et de l'Épée. Au moment de traverser les voies ferrées la voiture fut violemment frappée par un train de passagers qui venait tout juste de quitter la gare Jean-Talon. Les occupants de la voiture, comme on le devine, ont tous été tués sur le coup.

Mais la plupart des gens n'ont pas encore regardé le journal et en ce matin de Noël on s'occupe plutôt avec les cadeaux reçus la veille. Et quelle mère de famille n'aurait pas été heureuse de recevoir, comme dans l'annonce d'aujourd'hui, un magnifique balai mécanique pour tapis de marque Bissell? Et quelle petite fille n'aurait pas été absolument histérique en recevant une version miniature du balai de maman? Pour ce père de famille c'était là les cadeaux parfaits, tellement parfaits que la petite fille ne tarde même pas à l'essayer de suite!

Bissell ne date pas d'hier. En fait, bien que Melville Bissell fonda sa première manufacture de balais à tapis mécaniques en 1883 à Grand Rapids au Michigan, il en inventa le premier appareil en 1876 en prenant soin de le protéger d'un brevet. En 1890 la compagnie fabriquait plus de 1000 balais par jour.

En 2004 Bissell acquit la compagnie Woolite pour $62 millions et diversifia sa gamme de produits. En 2009 la compagnie devanca Hoover dans les ventes de produits d'entretien ménagers. Bissell n'a jamais eu d'usine à Montréal mais en fit construire une en 1905 à Mississauga en Ontario. On peut visiter leur site web ici.


Quant à l'annonce proprement dite, sans jeu de mot, elle a de quoi faire sursauter aujourd'hui de par son sexisme mais pour 1955 c'était dans la norme et cette norme, eh bien ceux qui ont conçu cette pub l'on soulignée bien gras. Le texte peut bien donner moults détails sur les prix mais l'élément qui parle dans cette publicité est bien entendu la photo. Il est amusant de noter le père qui tient une fausse barbe dans la main et qui ne semble pas inquièter sa fille qui semble encore en âge de croire au Père Noël.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire