21 octobre 2011

D'hier à aujourd'hui: le poste de pompiers des usines Angus


Le poste de pompiers est probablement l'un des bâtiments les plus emblématiques des usines Angus, non seulement parce qu'il se trouvait directement à l'entrée mais aussi à cause de sa tour sur laquelle était inscrit en brique blanche «Angus Shops». On ne voit aujourd'hui que «Angus» car «shops» a été subtilement biffé comme pour effacer l'anglicisme. 

Les plans de l'usine ont été conçus au début du siècle par Henry Goldmark et la construction s'est échelonnée de 1902 à 1904. A cette époque le poste de pompiers de la ville de Montréal était assez loin et si un incendie se déclarait, par le temps que les pompiers arrivent il n'aurait plus resté grand chose à éteindre. Pour le Canadien Pacifique il n'était pas question de prendre de chances et c'est pour cette raison que l'inclusion d'un poste de pompier à l'angle de Nolan (aujourd'hui Rachel) et Midway était incontournable. 

Sur la photo du haut on aperçoit la brigade, prête à intervenir. On disposait alors d'équipements de pointe dont des véhicules permettant de joindre rapidement n'importe quel partie des usines. Fait à noter, les pompiers d'Angus n'étaient pas affiliés au service des incendies de Montréal puisqu'ils étaient tous des employés du Canadien Pacifique. Le bâtiment logeait aussi le poste de police. La fameuse tour quant à elle servait, comme toutes les tours de postes de pompiers, à y suspendre les boyaux afin de les faire sècher.

Le bâtiment abrite aujourd'hui une succusale de la Société des Alcools et n'a architecturalement subi que de très légères modifications, comme on peut le voir sur la photo du bas. On a choisi de mettre en place des fausses portes qui donnent parfaitement l'illusion qu'il s'agit de vraies portes et pour peu que l'on pourrait les imaginer s'ouvrir pour laisser sortir des véhicules d'urgence d'époque. L'entrée à gauche a été remplie avec de la brique et malgré toute la bonne volonté du monde il aurait été difficile de la masquer complètement. Pour celà, il aurait fallu trouver la même brique que celle utilisée durant la construction, au début du vingtième siècle. L'effort global de conservation est à mon sens très appréciable et il est très agréable de constater encore aujourd'hui la présence de ce témoin de notre passé.

16 octobre 2011

D'hier à aujourd'hui: l'entrée des usines Angus


C'est un peu difficile d'évaluer quand la photo du haut a été prise. Les voitures stationnées sur le midway donnent quelques indications. Le photographe Nicolas Morand a toutefois fait un très grand nombre de photos de la vie à Angus dont plusieurs vers la fin de la seconde guerre. Ça pourrait être une possibilité mais je n'en suis pas tout à fait certain. 

On y voit toutefois le midway, nom donné à la voie qui séparait l'usine en deux (d'où le nom). Immédiatement à gauche on voit, derrière la pallissade le poste de pompiers, puis derrière la gigantesque locoshop. De l'autre côté du midway on apperçoit ce que les ouvriers appelaient «l'office», qui n'étaient autres que les bureaux administratifs de l'usine. Derrière s'étend tout le reste des installations.

J'ai pris la photo du bas en 2004. Comme on peut le voir le petit poste de pompiers est devenu une succusale de la Société des Alcools. La locoshop a été scindée en trois parties et celle que l'on voit a été convertie en marché d'alimentation Loblaws dont l'intérieur contient encore de magnifiques artéfacts dont une gigantesque grue. Les bureaux administratifs sont occupés aujourd'hui par différents organismes, le Canadien Pacifique ayant vendu tout le site et les édifices. La rue Midway tient directement son nom de son appelation d'époque.

9 octobre 2011

Viva la vida vintage

Les photos qui vont suivre pourraient vous surprendre, par leur netteté et leur clarté. Je vous laisse donc les regarder et moi je vous attend tout de suite après pour quelques petites explications.













Est-ce que j'aurais, par la plus grande des chances trouvé des photos d'époque d'une aussi belle qualité? Pas vraiment. Mais j'ai trouvé bien mieux. Elle s'appelle Solanah Hernandez, 22 printemps et tout aussi jolie qu'un fleur fraîchement éclose. Cette splendide jeune fille de l'état de Washington vit tous les jours son rêve; de vivre selon une mode qui a complètement disparue. Solanah se coiffe et s'habille avec tout le soin et le décorum des femmes d'autrefois. Elle prend aussi grand plaisir à voyager et découvrir tout plein d'endroits qui ont conservé un tant soit peu un aspect vintage tout en courant les marchés aux puces et ventes de garage (tiens, ça me rappele quelqu'un...).

Solanah était adolescente lorsqu'elle a commençé à mélanger des morceaux de vêtements modernes et anciens. Puis a décidé un jour comme ça d'y aller à fond de train avec le vintage. Elle s'abreuvait de nombreux blogues sur le sujet quand lui est venu l'idée un soir très tard de démarrer son blogue. L'une des rares idées que j'ai eu en fin de journée et qui s'est avérée être très bonne, qu'elle dira. Solanah se laisse prendre au jeu et son petit hobby est soudainement devenu quelque chose dans laquelle elle plonge tête première. On peut visiter son merveilleux blogue en cliquant ici­.


6 octobre 2011

D'hier à aujourd'hui: Beaubien près de Christophe-Colomb


Cliquer pour agrandir

Voici le côté nord de la rue Beaubien, tout près de Christophe-Colomb. Plus de cinquante ans séparent ces deux images. Il est tout de même étonnant de constater ce qui a changé et ce qui ne l'a pas. Pour le meilleur ou pas, selon les goûts.