1 février 2012

Une charmante oubliée

Le cinéma a connu bien des périodes depuis son invention et il s'est trouvé tout au long de celles-ci de nombreuses actrices qui ont connu de très belles carrières et certaines sont même devenues de véritables icônes. Dans les années 50 on peut penser par exemple à Marilyn Monroe, Grace Kelly ou encore Audrey Hepburn (que j'adore personnellement).

Les années 40 nous ont permis d'admirer les Veronica Lake, Ava Gardner, Hedy Lamarr, Susan Hayworth, ou Lauren Bacall, pour n'en nommer que quelques unes. Plus loin encore les années 30 ont été celles de Jean Harlow, Carole Lombard, Greta Garbo, Mae West et Fay Wray.  

Mais pour les années 20, celles du cinéma muet, la liste est un peu moins exhaustive. Les cinéphiles avertis pourront fort possiblement citer Louise Brookes ou Clara Bow mais la majorité des gens seraient possiblement embêtés de nommer une actrice, autre que Mary Pickford, qui fut célèbre durant cette période. C'est pourquoi j'ai décidé aujourd'hui de vous parler d'une de ces actrices méconnues et qui est, avec Audrey Hepburn, l'une de mes préférées.

Une toute jeune Juanita.

Faites la connaissance de Juanita Horton, une charmante jeune fille née en 1898 au Texas. Elle y serait probablement demeuré si ce n'aurait été de son père qui décida de déménager toute la famille à Los Angeles où il entreprit une carrière en chiropratie. Elle reçut, comme cadeau de graduation de la part de ses parents, un voyage autour des États-Unis qui dura quelque chose comme six mois après quoi elle revint à Los Angeles.

L'élégance d'une époque révolue.
A ce moment-là de plus en plus de studios de cinéma s'établissaient dans un disctrict de la ville récemment annexé et qui portait le nom d'Hollywood. La mère de Juanita décida alors d'inscrire sa fille aux studios Biograph, établis depuis 1895, afin qu'elle puisse devenir une actrice.

Des traits tout en douceur. 
C'est à ces studios que Juanita fit la rencontre d'un des pionniers d'Hollywood: D.W. Griffith lequel remarqua rapidement cette jeune fille toute menue d'à peine 5 pieds aux des traits délicats et au demeurant fort jolie, qui démontrait aussi beaucoup de talent. C'est alors que Griffith entreprit de faire changer le nom de Juanita en celui de... Bessie Love.

Griffith lui offrit un petit rôle pour commencer dans le film Intolerance en 1916 et commença à connaître une certaine popularité, assez pour jouer aux côtés de nul autre que Douglas Fairbanks dans le film Reggie Mixes In et The Good Bad Man en 1916 puis, la même année, dans The Aryan avec William S. Hart.

 En tenue des grandes soirées. Quel style!

Bessie fit ensuite le saut aux studios Vitagraph et, sa popularité augmentant, commença à jouer dans des productions plus importantes où elle obtint des rôles plus matures comme Those Who Dance en 1924. Elle fut d'ailleurs la première actrice à danser le Charleston dans un film (The King of Main Street) en 1925 et parut dans Dress Parade où elle offrit une de ses meilleures performances. En 1929 elle reçut une nomination aux Academy Awards qui eurent lieu pour la première fois cette année-là pour son rôle dans The Broadway Melody.








D'autres films ont suivi dont Chasing Rainbows en 1929, Good News et They Learned About Women en 1930 mais quelques années plus tard sa carrière était en plein déclin et c'est alors qu'elle décida de s'en aller en Angleterre où elle obtint la citoyenneté britannique. Elle était alors mariée au producteur William Hawks, avec lequel elle eut une fille prénommée Patricia, mais divorca en 1935 pour ne plus se remarier du tout. A l'approche de la Seconde guerre Bessie revint aux États-Unis où elle travailla pour la Croix Rouge. Dès le conflit terminé elle retourna en Angleterre où il apparut dans diverses productions tant britanniques pour ensuite faire des sauts de puce aux États-Unis pour des films américains, comme The barefoot Contessa en 1954, mais toujours dans des petits rôles.

Ma photo favorite de Bessie.

En 1977 Bessie publia une autobiographie intitutlée From Hollywood With Love dans laquelle elle relate sa vie hollywoodienne ainsi que la période qui suivit. Elle apparut en 1981 dans trois films, soit Ragtime avec James Cagney, Reds avec Warren Beatty et Lady Chatterley's Lover. Sa dernière apparition cinématographique fut en 1983 dans The Hunger avec David Bowie, Susan sarandon et Catherine Deneuve.

Bessie passa les dernières années de sa vie dans sa résidence londonienne où elle mourrut de causes naturelles le 26 avril 1986 à l'âge vénérable de 87 ans. Elle fut incinérée au Breakspear Crematorium et une petite plaque sur un cèdre indique l'emplacement où reposent ses cendres.

 Son étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

2 commentaires:

  1. Veronica Lake était encore plus petite que Bessie Love : 1m51 !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Vous avez parfaitement raison, Lake était tout aussi minuscule avec ses 4 pieds 11 pouces et des poussières.

      Effacer